Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
dodo
Articles récents

travail des femmes!!

27 Mai 2018 , Rédigé par dodo

Le droit à l’autonomie économique des femmes grâce à leur travail n’est pas encore pleinement reconnu et la notion de salaire d’appoint reste encore très présente", écrit Hélène Fauvel, le rapporteur d’une étude du Conseil économique social et environnemental (CESE) publiée mardi 25 février 2014.

Si, après mai 68, au sein du MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la contraception) et du MLF (Mouvement de Libération de la Femme) l’on réclamait le droit au travail pour les femmes, c’était pour qu’elles aient un droit réel au divorce. En effet, comment divorcer si, dès le lendemain, l’on se retrouve sans rien à la rue ?

Ce droit est un des rares, avec le droit à la contraception et à l’avortement, à avoir été obtenu, et finalement par conséquent assez facilement, dans les années qui ont suivi mai 68. Aujourd’hui, l’on peut comprendre pour quelle subtile raison les capitalistes l’ont accordé.

En effet, dans les années 1960-70, il suffisait d’un seul salaire, celui de l’homme généralement, pour nourrir une famille. Alors qu’aujourd’hui, deux salaires, celui de l’homme ET celui de la femme (salaire d’appoint !) suffisent à peine.

Si les capitalistes ont accepté une pseudo-égalité entre les hommes et les femmes, avec en particulier le droit au travail des femmes, et le droit à la contraception et à l’avortement afin justement qu’elles puissent faire effectivementleur boulot dans les entreprises sans être sans arrêt obligées de s’occuper des gosses, c’est pour à moyen terme diviser les salaires par deux. C’est-à-dire pour pouvoir exploiter les travailleurs et travailleuses deux fois plus qu’auparavant.

Nous n’avons pas fait attention à cela, après les années de lutte féministe (les années qui ont directement suivi mai 68) et nous avons eu grand tord. Il aurait fallu faire des grèves très dures à chaque baisse de salaire, au lieu de se dire que c’était pas bien grave puisque maintenant il y avait deux salaires à la maison.

Lire la suite

mai 2018

3 Mai 2018 , Rédigé par dodo

Mai toujours vivant !
de : Denis Langlois
jeudi 3 mai 2018 - 11h46 - Signaler aux modérateurs

 

Vous voulez nous commémorer, c’est-à-dire nous enterrer. Mais vous perdez votre temps. Nous sommes toujours vivants. La révolte de mai refleurira obligatoirement.

Comment pouvez-vous imaginer que les gens se satisferont longtemps de cette existence étriquée, de cette vie au rabais, où il convient de travailler, consommer et se divertir selon vos règles, selon vos ordres et surtout vos profits ? La vraie vie, c’est autre chose. En Mai 68, nous l’avons touchée. Elle nous a certes échappé, ou plutôt on nous l’a arrachée, mais nous la retrouverons forcément un jour.

Vous avez beau discréditer notre révolte, dire qu’elle n’était qu’un amusement de jeunesse, une révolution culturelle - ça au moins ça ne mange pas de pain. Une grève aux acquis vite récupérés par les patrons. Nous savons qu’elle visait à devenir une révolution tout court. On lui a coupé les ailes, mais vous savez ça repousse les ailes et ça permet de voler encore plus haut, là où il n’y a plus de classes sociales, ou plutôt une seule : la classe ! Vous nous affirmez que scientifiquement, c’est impossible, ça ne peut pas réussir. Mais nous n’avons rien à faire de votre science. Nous faisons confiance à l’utopie, et même à l’inimaginable. L’histoire tourne de plus en plus vite. Jusqu’ici à notre détriment, mais un jour la roue va s’arrêter sur la case Révolution. Celle qui balaye les injustices et les inégalités. Ces inégalités que vous considérez comme inévitables et même bénéfiques. Elles sont, d’après vous, les moteurs de la société. Pour filer le train aux premiers de cordée, on est prêt à gravir les échelons, à appuyer sur le bouton de l’ascenseur social. Après, il paraît que ça ruisselle, ça désaltère tout le monde, même ceux qui sont en bas de l’échelle.

Nous ne voulons pas de votre ruissellement goutte-à-goutte, nous voulons boire à grandes goulées, à la vraie vie, à la fontaine de la liberté et de l’égalité. Vous nous prédisez qu’elle va vite se tarir, que les révolutions sont vouées à se transformer en tout autre chose : des dictatures.

En Mai 68 justement certains avaient compris qu’il ne fallait pas emprunter les chemins balisés : ceux des révolutions violentes qui avaient donné naissance à des régimes autoritaires. Vous faites semblant d’oublier que la révolte était dirigée contre vous, mais aussi contre ceux qui préconisaient les voies "communistes". Vous voulez nous faire croire que c’est eux ou vous, qu’il n’y a pas d’autre alternative : le goulag ou la loi du marché. Mais, en quelques semaines de printemps, nous avons déniché d’autres chemins de traverse. Mai 68 n’était qu’un galop d’essai, une reconnaissance de terrain. Vous avez beau dresser des barrages, nous retrouverons les pistes.

Vous nous traitez de vétérans - pourquoi pas de vieillards ? - mais c’est vous qui appartenez au vieux monde. Nous aurons toujours la jeunesse du monde, celle qui se dresse face au pouvoir et dit non, avant justement d’emprunter les chemins de traverse.

Vous êtes bien prétentieux de croire que vous materez toujours les révoltes. C’est une source qui jaillit, elle ne ruisselle pas, vous ne pourrez pas toujours l’obturer avec vos mains crispées. Vos polices, vos armées, vos tribunaux, vos prisons, n’y pourront rien. Un jour, nous réaliserons l’espoir de Mai.

Denis Langlois avocat, écrivain, vient de publier Et si la révolution était possible (éditions Scup). mai-68-revolution-possible.fr

 

Lire la suite

Acceptons la désinformation !!

15 Février 2018 , Rédigé par dodo

Lorsqu'ils ont bombardé l'Irak, l'Afghanistan, le Pakistan, la Somalie et le Yémen, je n'ai rien dit, je ne suis pas un terroriste.

Lorsqu'ils ont bombardé la Yougoslavie, la Libye et la Côte d'ivoire pour des raisons « humanitaires » je n'ai rien dit, cela avait l'air d'être une bonne raison.

Lorsqu'ils ont décidé que les graines OGM devaient doubler les récoltes et qu'on devait en semer partout, je n'ai rien dit, c'est sûrement pour le bien de tous.

Lorsqu'ils ont dit qu'il fallait étendre plus d'engrais, plus de pesticide sur les fourrages et donner plus d'antibiotiques et de faine animale au bêtail, je n'ai rien dit, je ne suis pas paysan.

Lorsqu'ils ont dit d'arrêter de faire pousser des jardins et des herbes médicinales je n'ai rien dit, j'habite en ville et j'achéte ma bouffe au supermarché.

Lorsqu'ils ont dit que toutes les maladies qu'on attrape viennent de notre génétique et non des additifs et autres saloperies qu'ils ajoutent dans notre nourriture, je n'ai rien dit, je ne suis pas nutritioniste.

Lorsqu'ils ont dit qu'il fallait prendre des médicaments de plus en plus forts pour combattre des maladies de plus en plus infectieuses, je n'ai rien dit, je ne suis pas pharmacien.

Lorsqu'ils ont décidé de nous vacciner massivement pour une épidémie inexistante de grippe je n'ai rien dit, je ne suis pas médecin.

Lorsqu'ils ont annoncé que fumer peut nuire aux spermatozoïdes, je n'ai rien dit, à 6 euros le paquet, j'avais déjà mal aux couilles.

Lorsqu'ils ont décidé de faire l'Europe malgré un référendum populaire qui disait massivement non, je n'ai rien dit, je ne suis pas un juriste.

Lorsqu'ils ont décidé que je payerai plus d'impôts qu'une personne qui gagne 80 fois mon salaire, je n'ai rien dit, je ne suis pas un économiste.

Lorsqu'ils ont dit qu'il fallait se serrer encore la ceinture pour repayer des trous financiers crées par des banques qui ont joué de l'argent qui n'était pas eux à la loterie de la Bourse mondiale, je n'ai rien dit, je ne suis pas comptable.

Lorsqu'ils ont décidé de faire tout le contraire une fois élu de ce qu'ils ont promis pour se faire élire, je n'ai rien dit, je ne suis pas politicien.

Lorsqu'ils ont décidé de nous ficher dans des dizaines de banques de données , je n'ai rien dit, je n'ai rien à me reprocher.

Quand ils ont annoncé que le Taser était sans danger, je n'ai rien dit, je me suis dit que le courant passerait mieux entre la jeunesse et les forces de l'ordre.

Lorsqu'ils ont dit qu'il fallait contrôler encore plus internet, je n'ai rien dit, je ne suis pas un hacker.

Lorsqu'ils ont décidé de faire des rafles en pleine rue pour vérifier des papiers d'identité, je n'ai rien dit, je suis d'ici.

Lorsqu'ils ont dit que c'était notre faute si il y avait un réchauffement climatique mondial je n'ai rien dit, je ne suis pas un scientifique.

Lorsqu'ils ont dit que les radiations des tests d'explosion nucléaires et les incidents nucléaires civils n'occasionnaient aucune retombée radioactive sur notre pays je n'ai rien dit, je ne suis pas météorologiste.

Lorsqu'ils ont pollué tous les océans avec leur pétrole, leur Corexit, leur radioactivité, leur plastique , leurs poubelles, et empoisonné toute la chaîne alimentaire des poissons je n'ai rien dit, je ne suis pas océanographe.

Lorsqu'ils ont dit qu'il n'y avait aucun danger à se coller un téléphone mobile à l'oreille et à baigner dans une soupe d'ondes émises par des milliers d'antenne, je n'ai rien dit, je trouvais ça tripant de pouvoir parler à quelqu'un tout le temps.

Lorsqu'ils ont décidé de couper l'info sur l'actualité internationale à la TV pour du People, je n'ai rien dit, j'aime le foot et les seins nus.

Lorsqu'ils ont dit qu'il fallait être plus productif pour moins de salaire et bosser plus longtemps dans ma vie pour une retraite qui n'existerait plus , je n'ai rien dit, je travaillais à deux emplois pour essayer de survivre.

Lorsqu'ils ont dit que la Terre était en surpopulation, je n'ai rien dit, j'étais enfin mort, le cerveau fondu par une vie passée à stresser entre la pauvreté et mon boulot pour des entreprises qui m'ont finalement jeté avant d'avoir à payer ma retraite, nourri aux anti-dépresseurs pour tenir le coup et combattre mes insomnies, bourré d'OGM , d'additifs alimentaires ce qui a rallongé la liste de médicaments à prendre que j'ai noyé dans des apéros en regardant mon match de foot à la télévision, sans questionnement sur ma place dans la Vie et mon rôle dans la société.


Mais mes enfants, eux, ont peut être quelque chose à dire ?

Lire la suite

politic bourge et crétinisme!!

14 Février 2018 , Rédigé par dodo

L'OGRE CAPITALISTE N'EN A JAMAIS ASSEZ !

"Les dieux ont toujours soif,
"N'en n'ont jamais assez
"Et c'est la mort, la mort toujours recommencée"
(Brassens, "Mourir pour des idées")

La société libérale est un triste abattoir des plus faibles. Les politiques d'austérité à vie plongent le Peuple dans la misère. Supprimant les augmentations généralisées de salaire, des centaines de milliers d'emplois chaque année. L'Etat redistributeur a été raclé jusqu'à l'os. Et personne ne moufte devant la paupérisation croissante et à venir de la société française. Tandis qu'une poignée d'ultra riches s'enrichit encore et encore. Voilà ce qu'il faut dire aux gens ordinaires qui ne le savent pas.....

S'occuper du Peuple, de son frigo vide à compter du 12 du mois, son incapacité à se payer du chauffage pour l'hiver devrait être la préoccupation numéro une de la France Insoumise. Ce n'est hélas pas le cas, comme le montre les derniers sujets traités par JLM : voir son mur officiel et son mur à 1 million de followers.

JLM n'est pas un gourou, et nous, nous ne sommes pas des enfants déficients à sa remorque intellectuelle. Ce n'est pas à Mélenchon de décider tout seul du positionnement politique de la France insoumise représentant presque 20% des électeurs. Nous avons le droit et le devoir de critiquer la ligne actuelle fondée sur l'action et les dires des seuls députés de la FI, qui ne font aucune analyse sur la paupérisation croissante de la société française, résultat de la stratégie de la féroce bourgeoisie. Alain Badiou écrit en ce sens : "je ne veux pas donner ma bénédiction aveugle à ce genre d'équipée parlementaire" (cf Éloge de la politique). Moi non plus, je pense que JLM devrait défendre une ligne plus sociale, avec l'ensemble des militants de la FI. Et ne pas réduire la FI à son seul groupe parlementaire, qui n'a pas un discours lutte des classes.

A nous de nous battre de toutes nos forces, pour faire advenir une société où chacun aura une vie décente et un avenir meilleur. J'avais rédigé un projet de livret sur la lutte contre la pauvreté, avec de nombreuses propositions concrètes, que la direction de la FI peu intéressée à la question a mis aussitôt à la poubelle. Notre programme "L'avenir en commun" propose notamment de créer des millions d'empois dans le secteur non marchand et de doubler le montant des minimas sociaux. Mais qui en parle aujourd'hui parmi les dirigeants de la FI.... ? Je le maintiens : contre le projet de la Bourgeoisie de faire de nous tous des pauvres, seul un corps d'idées est de nature à enrayer son projet : LA QUESTION SOCIALE D'ABORD...!

Lire la suite

Nationaliste et patriote!

19 Mai 2017 , Rédigé par dodo

Il est en effet urgent que l’union des patriotes se fasse, il en va de la survie de la France, heureusement, cela se met déjà en place car mus par la même volonté d’unité :
.
Philippot va fonder Les Patrifiottes, avec le slogan rassembleur : Qui m’aime me suive
.
Marine Le Pen après une scission avec elle même aura un pied dans le Front l’autre dans la vague bleue, une main sur la piste de danse, l’autre à la gamelle de l’UE et la bouche noyée de whisky dans l’opposition.
.
Marion Maréchal va fonder : Nous voilà, un parti qui ambitionnera de rassembler tous les patriotes qui connaissent les affres des congés maternités et qui n’aiment pas trop les arabes parce qu’on est chez nous, quand même.

.
Nicolas Dupont Aignant, fort de son succès électoral se sent le vent en poupe pour renommer son parti patriote : Toujours Debout, un mouvement qui se veut unitaire pour tous les patriotes qui ont mal au cul et ne peuvent plus s’asseoir
.
Louis Alliot après un divorce idéologique avec la cheftaine des poissonniers va fonder son mouvement Séfarades en Avant ! Qui réunira tous les patriotes pieds noirs qui ont la nostalgie du pays et rêvent de remigrer en douce.
.
Gilbert Collard va se lancer solo avec son mouvement "Les Connards qui en ont marre des mollards", parce que l’islamisme radical, les bobos, les journalopes, les magistrats pourris, on leur crache dessus et invite donc tous les patriotes qui lisent le Figaro et se font censurer dans les commentaires à le rejoindre sous cette bannière pour reprendre le pouvoir en 2027 toujours dans une volonté d’unité des droites.
.
Jean-Marie Le Pen toujours fringant et d’attaque poursuit son ascension électorale grâce à Jeanne Au S’cours ! Mouvement qui se veut rassembleur de tous les fans de la pucelle qui espèrent son retour devant une statue de cheval doré, ça en fait du monde, la République tremble déjà sur ses bases.
.
Robert Ménard lance quant à lui Les Patriotes sans frontières de Bézier, qui ambitionne de râtisser large afin de leur foutre au cul en 2022.
.
Philippe Vardon, après avoir déchiré sa carte FN fonde Charles Martel, le Retour sur la promenade des anglais. Il compte se présenter en dissidence face aux identitaires jugés trop marxistes et immigrationnistes, il espère conquérir l’Elysée avant la fin du quinquennat Macron grâce à son argument de poid qui repose sur son ventre.
.
Valls, toujours optimiste, cohérent et digne, change son fusil d’épaule et passe de gauche à droite avec "Je reviendrais" un parti patriote qui lorgne sur l’électorat orphelin de Marine Le Pen après avoir perdu contre Dieudonné aux législatives dans son fief d’Evry.
.
Baroin quitte les Républicains, dégoûté par les traîtrises diverses des ex sarkozystes en fondant : François La France, un parti de droite modérée qui vise à unir sous son aile tous les patriotes désireux de rester républicains mais pas trop, l’association "les amis de Sarkozy" semble intéressée à le rejoindre sous certaines conditions et compromissions.
.
Estrozi évincé des républicains mais toujours désireux de rassembler les droites pour faire front face à l’extrême droite fonde Salade Niçoise, un parti indépendantiste régional de son quartier mais qui démarre doucement, ne trouvant plus de cadres assez fous pour lui faire confiance même pour apporter du PQ, on lui souhaite néanmoins une belle réussite en 2022.
.
Asselineau persiste et signe en accumulant les conférences pour unir toutes les droites un peu gauchistes et non clivantes sous la bannière de l’Union Démocratique Républicaine, à condition qu’on ne parle pas des sujets qui fâche, histoire de viser un électorat éclectique, de droite, du centre, de gauche, anarchistes, abstentionnistes, rmistes, chômeurs, sdf, sans papier et étrangers de tous les pays pouvant participer au pot commun mis en place pour rembourser sa campagne peu heureuse, il offre une caisse de champagne à tous nouveaux adhérents qui lui promettent, juré craché, de le mettre sur le trône en 2022.
.
Julien Rochedy lance les Barbus Patriotes Hipsters et Chrétiens pour contrer les barbus islamiques et redonner une certaine idée de la France en lui rendant ses racines chrétiennes ainsi que les moeurs en vigueur dans les années 50 car c’est ce que veulent les jeunes.
.
PPdA dit Plonplon lance Sus aux judéos-maçons qui vise à unir tous les patriotes de plus de 70 ans qui ne crachent pas trop sur l’islam qui pourrait être un allié de circonstances dans le cadre d’une union sacrée contre le complot juif et maçonnique mondial qui détruit la France pierre par pierre.
.
Alain Soral et Serge Ayoub lancent RecNat dans ton Q qui vise à rassembler tous les musulmans patriotes, les nostalgiques du 3ème reich, les déçus du marxismes, les anciens communistes, les socialistes cocus, les agnostiques, les athées, les ultra chrétiens, les orthodoxes, les coptes, les bouddhistes, les partouzeurs, les opiacéïnomanes, les musiciens de jazz, les boxeurs, les sportifs valides, les chinois, les japonais, les nègres de maison, les juifs du quotidien mais triés sur le volet, et tous les clients de KK pour faire la révolution qui remettra un roi légitime de droit divin sur le trône de France en la personne d’Alain Soral, chrétien sans peur, français sans reproche, mais faut pas trop fouiller non plus.
.
Daniel Conversano lance Les Dictateurs, qui vise à rassembler tous les nostalgiques d’un régime sans libertés, les patriotes qui trouvent Hitler gauchisant et les nationalistes sans frontières pour sauver ce qu’il reste de la race blanche pour fonder un bastion de résistance génétiquement pur pour que se développe la civilisation des êtres supérieurs au QI supérieur ou égal à 169,5 sur laquelle ses enfants pourront régner en dieux incontestés sur une masse d’esclaves à leurs service pour que le nom de Conversano résonne dans l’univers entier.
.
Johan Livernette lance Soldats du Christ, qui réunira tous les patriotes chauves qui aiment se serrer la discipline à la cuisse, se flageller le dos tous les soirs dans leurs cellules monacales et qui ne sont sur terre que pour accomplir la mission du christ à savoir éradiquer le mal de la planète quitte à génocider 7,5 milliards d’êtres humains afin que la paix arrive enfin sur terre. Mais achetez ses bouquins avant sinon vous rentrez pas dans la sect.. Son mouvement patriote, pardon.

Béatrice Bourges lance mères au foyer pour tous, mouvement dissident de droite qui vise à unir toutes les femmes au foyer patriotes qui aiment mieux lire la bible que 50 nuances de gris. Aura t’elle plus de succès que Marine ou Ségolène ? Sans nul doute.
.
Pierre-Yves Rougeyron fonde "Le patriotisme, c’est moi" dans le but de rassembler tous les patriotes qui ont lu Aristote en boucle. Inutile de dire qu’il y a foule au portillon.
.
Les patriotes ainsi unis marchent déjà vers la victoire des prochaines présidentielles et autant dire que ça va chier pour les gauchiasses.

Lire la suite

primaire socialaux tous pour la guerre !!

17 Janvier 2017 , Rédigé par dodo

Primaires de la Gauche et Écolos : de sinistres va-t-en guerre confirmés !

A Mme Pinel & Mrs Montebourg, Bennahmias, de Rugy, Hamon, Peillon, Valls

Hier soir, lors du 1er débat télévisé des Primaires, c’est peu dire que vous avez globalement déçu.

Je ne suis pas le seul à le penser, la presse dans sa grande majorité en fait ses titres du jour et sur internet, à de rarissimes exceptions près, les avis vont dans le même sens.

Pas dramatique en soi, un débat ne présume de rien, et peut-être aurez-vous l’occasion de vous rattraper lors du deuxième débat dans quelques jours. Mais après votre piètre prestation, l’on est en droit d’en douter et, pour l’heure, c’est mal parti.

Cependant, il est un sujet qui m’a laissé pantois : votre position quasi unanime sur la politique étrangère de la France où, comme un seul homme, vous avez applaudi aux interventions belliqueuses de ce gouvernement. Les bombardements réalisés par l’armée française en différents points du globe semblent vous réjouir, et la plupart d’entre vous regrettent que François Hollande n’ait pu les multiplier et les intensifier sur la Syrie dès lors que les EU ne s’y engageaient pas. On croit rêver en entendant cela de la part de candidats se disant de gauche !

Je vous rappelle qu’après les attentats du 14 juillet dernier à Nice, le gouvernement a réagi dès le lendemain en allant bombarder des cibles syriennes et tuer, d’après les autorités locales, 164 civils. Bel exemple d’une politique étrangère qui reste dictée par ce détestable esprit colonial, revanchard et dominateur d’une France du passé, pour ne pas dire dépassée ! Le clou dans ce concert d’unanimité, a été d’entendre Vincent Peillon – à qui jusque-là, j’accordais bien naïvement semble-t-il, quelque crédit – clamer que se rapprocher de Vladimir Poutine et de Bachar Al Assad constituait une « honte » pour lui ! Aucune « honte » en revanche et pas un mot sur les liens qui unissent la France à l’Arabie saoudite et au Qatar, matrices de l’idéologie djihadiste qui alimentent les désordres actuels dans la région mais aussi dans nos pays à travers des attentats dont vous vous gardez bien d’expliquer les origines, mais tellement bons clients dans ses achats d’armement aux sociétés françaises, au point que ce gouvernement s’en fait les gorges chaudes !

Personnellement je le dis de manière très claire : dans un monde de plus en plus dévasté par les aventures guerrières de quelques pays dominants, quand on se revendique de la gauche, un point devrait être absolument sacré, c’est la non-intervention militaire dans un pays souverain. Sauf, en cas de demande explicite du gouvernement élu de ce pays. Je vous rappelle que cela fait partie de la Charte de l’ONU, comme vous semblez l’oublier ! [Le respect du territoire des États tiers : article 2 paragraphe 4 de la Charte des Nations-Unies : interdiction du recours à la force armée ; obligation de respecter l’intégrité territoriale d’un État tiers. – Wikileaks]

Les manipulations de la sphère politico-médiatique sur ce qui s’est passé en Syrie depuis le début du conflit sont démasquées depuis quelques mois, et documentées de manière quasi quotidienne, mais vous restez arcboutés sur votre certitude que la France doit montrer ses muscles et aller dévaster encore un peu plus un pays comme elle l’a déjà fait en Libye avec les résultats que l’on connaît. A cet égard, il semble que la droite soit plus éclairée que vous, et c’est un constat terrible. Le député Thierry Mariani qui rentre de Syrie vient encore de le confirmer. Plusieurs parlementaires de droite ont expliqué la nécessité de cesser cette politique étrangère absurde qui, après 5 ans de bévues de votre gouvernement socialiste a isolé la France comme jamais sur la scène internationale !

Revoyez donc votre copie, vous êtes dans l’erreur la plus totale et votre aveuglement en devient une faute grave. Ainsi, quand l’actuel président de la République s’en va saluer ses troupes en Irak et leur dire que leur combat permet d’éviter des attentats en France, il faudrait qu’il nous explique pourquoi son gouvernement continue à livrer des armes, financer et former des groupes qui font partie, de près ou de loin, de la nébuleuse de Daech en Syrie. Ceux-là mêmes que sont censés combattre les soldats français sur le front irakien. Jouer ainsi et tromper de la sorte les citoyens français qui pour certains y ont laissé leur vie en grande partie à cause de cette politique étrangère sordide, se retournera contre vous. Et votre « honte » est de vous entêter, de vous enfermer dans vos délires belliqueux. En lieu et place de reconnaître vos erreurs et de tout faire pour les corriger !

Enfin, dans votre manque de recul et d’analyse raisonnée par rapport aux évènements qui dévastent la scène internationale, après avoir approuvé par l’entremise de la maire de Paris, l’extinction de la Tour Eiffel... en hommage aux violeurs et égorgeurs de l’EI, voici que vous applaudissez à la projection sur la mairie de la capitale de la bannière étoilée d’Israël… en hommage à des soldats d’occupation tués par la résistance palestinienne. Une telle attitude est vraiment des plus grave. Parce que si l’on suit vos choix, lors de la guerre 39-45 vous auriez été à projeter sur vos édifices, le drapeau allemand quand par exemple le groupe Manouchian a résisté en payant le prix le plus fort, à l’occupant nazi qu’il a combattu par tous les moyens... Mais, c’est peut-être trop demander à votre intelligence, votre lucidité et votre courage de comprendre le sens de l’Histoire, à moins que vous n’eussiez choisi de suivre les directives de Vichy...

Si vous aviez un tant soit peu le sens de cette Histoire, vous auriez projeté sur la mairie de la capitale le drapeau palestinien quand l’Etat sioniste (en violation constante du Droit international aux yeux de l’ONU) a mené ses 3 dernières guerres abjectes contre Gaza faisant des milliers de victimes... pour ne prendre que trois exemples parmi des violations constantes et des crimes quotidiens perpétrés à l’encontre de civils ! Et vous concentreriez tous vos efforts pour que cette encagement d’hommes, de femmes et d’enfants soit condamnés sévèrement au nom des valeurs qu’une certaine gauche est censée défendre bec et ongles !

Votre attitude en ce qui concerne la politique étrangère est une imposture au bon sens et aux valeurs républicaines d’une vraie gauche, et vous ne méritez pas que le peuple français vous accorde sa voix pour de telles trahisons !

« Honte » à vous et à vos équipes qui se fourvoient lourdement par ces choix. Nombre d’électeurs ont senti la ’sionisation’ de ce lamentable gouvernement emmené par un Premier ministre qui oriente ses approches internationales en fonction de son mariage ! Et qui loin des principes d’une gauche digne de ce nom, a encore et toujours de la Justice cette approche à géométrie variable. Vous n’échappez donc pas à cette dérive odieuse et coupable. Puissent les électeurs s’en souvenir dans quelques mois, lors du scrutin auquel vous prétendez les représenter !

Daniel Vanhove

13.01.17

Lire la suite

Economie mondiale au bord du gouffre! 2016.02

11 Février 2016 , Rédigé par dodo

L'aggravation de la crise en Chine et ses ramifications mondiales révèle un fait frappant: il n'y a pas d'économie ou de groupe de pays qui puissent fournir la base d’une expansion économique mondiale. Les Etats-Unis, considérés jusqu'à récemment comme un «motif de satisfaction», se dirigent vers la récession (la production manufacturière s’y trouve probablement déjà) comme indiqué par la chute des rendements des bons du Trésor à 10 ans. Hier, ils ont terminé à un peu plus de 1,7 pour cent, alors que les investisseurs se précipitent vers un «refuge sûr».

L'économie européenne continue de stagner; on prédit que le chômage restera à deux chiffres indéfiniment et l’inquiétude se propage quant au niveau de créances douteuses dans le système bancaire. La banque centrale japonaise a entrepris de nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif et a adopté des taux d’intérêt négatifs en raison de l'échec d’« Abenomics » à fournir une impulsion à l'économie japonaise.

Les pressions à la récession sont si intenses que plus d'un quart du monde fonctionne désormais avec des taux d'intérêt négatifs, une situation sans précédent.

N’ayant aucune solution économique à la crise grandissante, la réponse des classes dirigeantes du monde entier sera triple:

- Une intensification de l'attaque de ​​la classe ouvrière, par le biais de suppressions d'emplois, de réductions de salaires et d'attaques des conditions sociales.

- Le développement de formes de plus en plus autoritaires de gouvernement et d'attaques des droits démocratiques pour écraser les luttes sociales et de classe qui émergent.

- Une marche accélérée vers la guerre à mesure que chacune des « grandes puissances » capitalistes cherche à décharger la crise sur ses rivaux, si nécessaire par des moyens militaires.

La classe ouvrière internationale doit développer sa propre stratégie sur la base de la lutte pour un programme socialiste international visant à la conquête du pouvoir politique et au renversement du système capitaliste.

Par Nick Beams

Lire la suite

Chavisme en péril ? 2015

15 Janvier 2016 , Rédigé par dodo

L’opposition en déduit que son heure serait arrivée : celle de la restauration néolibérale. Après avoir occulté son programme pendant la campagne électorale, elle annonce déjà à qui veut l’entendre son intention de destituer le président, de multiplier les privatisations, de réduire les services publics, de revoir à la baisse la législation du travail, de liquider les acquis sociaux, de démanteler les accords internationaux… Devant ce qu’il considère une provocation, le président Maduro a alerté l’opinion publique et a accéléré la mise en place d’un Parlement Communal dont le rôle au sein de l’architecture de l’Etat n’est pas encore clair, mais qui pourrait fonctionner comme une instance représentative et consultative de la société, au côté de l’Assemblée nationale. Un peu comme, en France, le Conseil économique, social et environnemental ou, à l’échelle de l’Union européenne, le Comité économique et social européen.

Le président a également annoncé la tenue, au cours de la seconde moitié du mois de janvier, d’un grand « Congrès de la patrie » auquel il a convoqué « les mouvements sociaux, les partis politiques, les groupes d’opinion, les ouvriers et les paysans, les députés et les gouverneurs » dans le but de « consolider les forces révolutionnaires » et de définir des « plans d’action pour contrer la stratégie de la droite nationale et internationale [14] ».

Tout indique donc qu’on s’achemine vers une collision frontale entre les deux grandes forces politiques, le chavisme et l’opposition, qui contrôlent respectivement le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif. La société vénézuélienne demeure profondément démocratique et pacifique – elle l’a prouvé au cours de ces dix-sept dernières années – mais le bras de fer pourrait atteindre, dans les prochaines semaines, un degré d’intensité maximal. La tentation sera grande, des deux côtés, d’en appeler à la rue et aux manifestations de masse. Avec les risques que cela suppose.

Un tel scénario de prolégomènes de guerre civile ne correspond nullement au souhait exprimé par les électeurs le 6 décembre dernier. Leur message était plutôt un appel (illusoire ? désespéré ?) à un dialogue entre le pouvoir et l’opposition pour qu’ils s’attellent, ensemble, à résoudre les problèmes structurels du pays. A-t-il été entendu ?

Nous affirmions, au début, que si les tensions seront fortes au Venezuela en 2016, c’est aussi à cause de la conjoncture économique internationale. Cette année en effet s’annonce, pour ce pays, comme l’une des plus préoccupantes des deux dernières décennies [15]. Et cela essentiellement pour trois raisons : l’effondrement du prix des matières premières et du pétrole, la baisse de la croissance en Chine et la hausse du dollar américain.

Inutile d’insister sur l’incidence fondamentale du prix du pétrole sur la vie économique du Venezuela, dont plus de 90% des ressources en devises proviennent de l’exportation de l’or noir. Au cours des dix-huit derniers mois, le prix du baril, qui s’élevait à 115 dollars, a chuté à moins de 30 dollars… Et il n’est pas impossible qu’il tende, en 2016, vers les 20 dollars… Pour tout pays pétrolier (Algérie [16], Angola, Mexique, etc.) c’est une catastrophe en soi, mais pour le Venezuela (et aussi pour l’Equateur [17] et la Bolivie) qui, par conviction progressiste, redistribuent, via des politiques sociales, l’essentiel de leur revenu pétrolier, c’est un coup très dur et une menace mortelle pour la crédibilité de la révolution bolivarienne.

Par ailleurs, la baisse persistante des prix des produits miniers et des exportations agricoles (soja) a un effet très négatif sur les économies de plusieurs pays latino-américains – Colombie, Pérou, Chili, Equateur, Bolivie, Argentine, Brésil – dont certains sont des partenaires commerciaux importants du Venezuela.

Le deuxième paramètre extérieur est la Chine. Asphyxié par une pollution démentielle due à un modèle archaïque de production industrielle, ce pays est contraint de modifier son schéma de développement et de croissance. Aujourd’hui, Pékin procède à un refroidissement de son économie et mise davantage sur son marché intérieur (1,5 milliard de consommateurs), sur l’essor des services et les progrès de la qualité de vie. Son taux de croissance ralentit. Conséquence : sa demande de matières premières, naguère insatiable, baisse. Ce qui entraîne une chute des prix qui frappe frontalement les pays latino-américains dont la structure économique reste fondée (depuis l’ère coloniale) sur les exportations du secteur primaire. Structure que les gouvernements progressistes, au cours des quinze dernières années d’envolée des matières premières, n’ont pas réussi à modifier. Ils ont même, parfois, accru leur dépendance à l’égard des hydrocarbures, des minerais et du soja [18]. Aujourd’hui, avec l’inversion du cycle, ils se retrouvent piégés par un modèle dont on connaît depuis longtemps le danger.

D’autant que la Chine est désormais le premier partenaire commercial du Brésil, du Chili et du Pérou. Et le deuxième de l’Argentine, l’Equateur, la Colombie et le Mexique. A l ‘échelle de l’ensemble de l’Amérique latine, Pékin est devenu, après Washington, le principal partenaire commercial. Ce qui a pour effet que toute turbulence de l’économie chinoise entraîne des soubresauts chez ses associés latino-américains. Les crises politiques que connaissent actuellement le Brésil et l’Argentine ne sont pas étrangères à ce contexte, et cela ne peut pas épargner Caracas, partenaire important de Brasilia et de Buenos Aires dans le cadre, notamment, du Mercosur.

Enfin, la monnaie américaine. La décision prise le 16 décembre dernier par la Réserve fédérale, après neuf ans d’immobilisme, de relever de 0,25% ses taux d’intérêt, renforce l’attrait international du dollar. Cela encourage automatiquement les investisseurs à retirer leurs capitaux, investis massivement dans les pays « émergents » depuis le début de la crise en 2008, et à les réorienter vers les Etats-Unis. Conséquence : la valeur de la monnaie de nombreux pays latino-américains (Brésil, Colombie, Chili, Pérou, Argentine, etc.) chute, se dépréciant triplement : par la baisse des exportations, la hausse du dollar et la fuite des capitaux. Les produits importés renchérissent. Le pouvoir d’achat diminue. L’inflation augmente. En général, quand tous ces paramètres coexistent et coïncident, les troubles sociaux deviennent – c’est une loi de l’histoire – inévitables. Avec des conséquences politiques parfois radicales.

Un tel contexte présage donc, en 2016, un environnement fort sombre pour l’économie vénézuélienne. Et rend improbable, pour les gouvernants, la perspective de trouver des solutions rapides aux graves problèmes du pays. Depuis sa victoire à l’élection du 14 d’avril 2013, le président Nicolás Maduro a lancé des appels réitérés à l’adresse de l’opposition et du secteur privé en les invitant à un grand dialogue national. Devant l’approche des turbulences, les dirigeants de la MUD seraient bien inspirés de répondre à ces appels avec un esprit constructif de responsabilité. Le Venezuela le requiert.

http://www.medelu.org/Le-Venezuela-...

Lire la suite

Vive la monarchie parlementaire!!

3 Décembre 2015 , Rédigé par dodo

Tout bon citoyen qui travail a la sueur de son front, voudrait que le fruit de son travail soit pour nourrir sa famille, payer ses factures et pouvoir s octroyer des moments de loisirs et voyages sans que cela leur porte préjudices sur leur budget initial, c est a dire avoir un salaire décent.
Ils souhaitent aussi que leurs impôts ne servent pas à financer Des repas gargantuesques, sachant
Que dans notre propre nation, il y a beaucoup de citoyens qui ont de réelles difficultés pour accéder a de la nourriture convenable,
Ainsi que financer des logements exubérant, loyer or normes et autres frais qui n ont pas lieu d être subventionner par le fruit du travail des citoyens.
Sinon cela reviendrait à parler de monarchie avec leurs lois féodales (les seigneurs prennent au pauvres pour nourrir les riches). La vision sociale qu’a le peuple est d être solidaire les uns des autres en Parfaite Équité,
Il faut revoir les prétentions salariales à la baisse au sein des divers ministères
Ainsi que la longévité de leur indemnités, de manière plus concise, une fois que les fonctions ne sont plus occupées, ne plus continuer a verser les subsistes. Les ouvriers, lorsqu’ ils ne sont plus en fonction dans une entreprise ne continuent plus a toucher leur salaires a taux pleins, ils sont au chômage et finissent par se retrouver en tant qu’allocataires Rmistes si ils ne trouve pas de suite la porte de l emploi (situation précarisante), sans oublier nos retraites qui eux aussi, ne continuent pas a percevoir leurs salaires d actifs. On peut dire que nos responsables ne sont pas un modèle de vertu et de Justice équitable.

Lire la suite

Vote à L'ONU ! nov 2015 contre les nazes!

27 Novembre 2015 , Rédigé par dodo

ONU : Les Etats-Unis, le Canada et l’Ukraine rejettent une résolution contre la glorification du nazisme

RT

Un comité de l’Assemblée générale de l’ONU a adopté une résolution pour « combattre la glorification du nazisme » avec le soutien de 126 pays. A la surprise générale, les Etats-Unis, l’Ukraine et le Canada ont voté contre.

La résolution, proposée par la Russie et à laquelle 52 Etats, dont le Brésil, la Chine, l’Inde et le Kazakhstan ont participé, a pour but d’introduire des mesures permettant de lutter contre la glorification du nazisme, du néonazisme et de toutes autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et d’intolérance.

Elle condamne aussi toute négation de l’holocauste et toutes les formes de glorification du nazisme, y compris l’exaltation des membres des Waffen SS. Les auteurs et ceux qui ont signé le document ont fait preuve de leurs préoccupations quant à l’édification de monuments et de mémoriaux vénérant les nazis et aux « éternelles tentatives de détruire des monuments dédiés à ceux qui ont combattu les nazis lors de la Seconde Guerre mondiale ».

Le vote s’est déroulé au sein du troisième comité de l’Assemblée générale de l’ONU sur les questions sociales, humanitaires et culturelles. Le vote de toute l’Assemblée générale doit intervenir plus tard, lors de la sa 70ème session.

126 états membres sur 193 ont voté pour la résolution tandis que 4 pays, notamment les Etats-Unis, le Canada, les Palaos et l’Ukraine, ont voté contre. Les 53 autres pays se sont abstenus.

Ces quatre voix qui se sont élevées contre cette résolution ont suscité bien des questions. La Russie a même qualifié le choix de ces pays de « regrettable » et « déconcertant ».

L’année dernière, 115 pays avaient voté pour une résolution similaire et trois contre, les Etats-Unis, le Canada et l’Ukraine.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>